Parcours


Mon parcours se nourrit donc (voir texte de la page accueil) d’expériences musicales (bals, concerts, créations pour orchestres, spectacles de contes musicaux) et d’itinéraires de transmissions (en association, en milieu scolaire, en conservatoire).


En sus de ma pratique de bal, mon activité d’intervenant en milieu scolaire dans les années 80 est pour beaucoup dans ma propre formation musicale. Je travaillais en équipe, au sein de l’Atelier Régional de Musique, sur l’éveil musical. Notre objectif d’alors était d’aller au plus près de l’expérimentation musicale avec les enfants comme acteurs d’un monde sonore à construire. Aujourd’hui encore, cette dimension pédagogique en appelle de fait une autre qui tente de définir ce qui rassemble toutes les pratiques musicales, ce que François Delalande, chercheur au GRM, Groupe de Recherche Musicale de l’Institut National de l’Audiovisuel, décrit ainsi:


« Le but est plus précisément de former les enfants à tout ce qui peut précéder les acquisitions techniques. Il y a un certains nombre d’aptitudes qui interviennent dans la musique, que ce soit des musiques extra-européennes ou des musiques anciennes ou contemporaines qui finalement sont les mêmes. Il existe un « dénominateur commun » à toutes les pratiques musicales que nous essayons, justement, de définir et qui est l’objectif numéro un d’une formation musicale »


Delalande F. 1984 Quelle musique, quelle pédagogie? in La musique est un jeu d’enfant p.12 INA-GRM Buchet Chastel ed.


Et François Delalande de préciser trois aptitudes fondamentales:


- le goût du son: « D’abord tout simplement un goût du son – c’est une première qualité du musicien – une certaine sensualité de la sonorité qui s’accompagne d’une habileté à l’obtenir sur un instrument. Car savoir faire et savoir entendre sont ici une seule et même compétence ». (ibid. page 14);


- la dimension imaginative: « Pour (les individus qui se réunissent) eux, les sons prennent un sens, ils peuvent évoquer des états affectifs ou avoir une valeur symbolique dans leur société ou bien donner naissance à des images… il y a une dimension imaginaire de la musique à laquelle il faut être sensible sans quoi la musique, à proprement parler, ne vous dit rien. » (Ibid. page 14);


- L’organisation: « Et enfin, à ces deux niveaux d’analyse, s’en ajoute un troisième, celui de l’organisation. D’abord s’organiser entre musiciens lorsqu’on joue des parties à plusieurs, mais surtout agencer des parties ensemble, se débrouiller pour qu’un thème joué par un instrument soit repris par un autre. » (Ibid. page 14).


« Les musiciens, qu’ils fassent ou qu’ils écoutent, ont en commun ces trois grandes capacités d’être sensibles aux sons, d’y trouver une signification et de jouir de leur organisation. » (Ibid. page 15).


Cette approche du champ musical demeure un enjeu de pratique comme de transmission. Elle transcende les considérations purement techniques et idéologiques qui sont généralement le lieu de jugements discriminatoires entre « grandes et petites musiques ».


Tout en jouant en bal jusqu’au milieu des années ‘80 avec le groupe Mabidon , groupe qui traverse la scène du bal folk depuis les années ‘70 (Voir aussi le CD de Jean-Jacques Révillion http://www.bemolvpc.com/achat/produit_details.php?id=25), je me frottais donc à l’éveil sonore et y rencontrais Thibaut Alavoine et Patrice Gilbert avec lesquels je fondais « Cric Crac Compagnie » (voir http://criccrac.compagnie.free.fr/). Thibaut Alavoine en est aujourd’hui le directeur. Il est celui qui a donné sa pâte caractéristique à la compagnie par la création des nombreux objets sonores originaux. Ils ont été l’une des matières à notre imagination dans la création de spectacles de contes musicaux et de concerts comme dans le développement d’une pédagogie musicale tentant de répondre à nos préoccupations (voir ci-dessus). La compagnie a tourné plusieurs années avant de développer un centre de formation dans le courant des années 90. Elle accueille aujourd’hui plus de 400 adhérents et intervient dans les milieux scolaires et spécialisés. Vous pouvez entendre quelques extraits de réalisations et du CD « Voyages en Pays d’A Côté » dans le menu « Musique ». J’ai quitté Cric Crac Cie aux débuts des années 2000.  

Patrice Gilbert, Thibaut Alavoine et Michel Lebreton, fondateurs de Cric Crac Compagnie


J’ai diversifié mes expériences depuis le début des années 2000 avec, pour certains, des musiciens agissants en dehors du milieu des musiques Trad. Vous trouverez, pour certaines de ces rencontres, des enregistrements à la page « Sac de billes » du répertoire « Musique ».


- Duo avec Casilda Rodriguez, accordéoniste à la croisée des musiques contemporaines, du jazz et du musette. Ce duo à été l’occasion d’échanger sur nos pratiques, nos regards sur la musique. Les répertoires ont été amenés par chacun (Trad. Jazz, Musette).


- « Houssa », groupe rassemblant une cornemuse et des cordes autour des répertoires des ménétriers wallons de la fin du XVIIIe siècle au courant XIXe S. Aux violons: Dominique Debrock-Binaud et Marc Debrock. A la contrebasse: Albert Plet.


Casilda Rodriguez et Michel Lebreton en concert au festival de Loon-Plage


- « Sac & Refrappe » est un groupe qui proposait une musique à  danser qui (pour reprendre un texte de l’époque) « swingue sur un gros son de cornemuses, de cuivres et de percussions ». Sac & Refrappe a rassemblé deux percussionnistes (Yannick Deroo et Grégory Meurin) qui ont construit un set de percussions adapté au projet, deux cuivres (Jean-Paul Defrance au trombone et Freddy Perein au tuba) et quatre cornemuseux: Michel Lebreton, Serge Loosfelt, Renaud Hibon et Christine Vossart qui tient également la flûte à bec. L’improvisation traverse les réalisations du groupe.



J’enseigne, parallèlement à mes autres activités, au Conservatoire à Rayonnement Départemental de l’Agglomération du Calaisis. Voici mon activité telle qu’elle est décrite dans une plaquette d’information à l’usage des apprentis et de leur famille (j’enseigne principalement auprès d’enfants et adolescents). Vous trouverez dans la rubrique enseignement des textes de réflexion sur ce sujet:


Département de  Musiques et Danses de Traditions Populaires

CRD de Calais


Cornemuse du Centre France

Michel Lebreton (Calais)

Renaud Hibon (Blériot-Marck)


Violon d’Irlande

Vincent Leutreau


Danse Traditionnelle

(initiation mensuelle)

Gérald Berton


Musiques de Traditions Orales:

Les musiques de traditions orales sont les anciennes musiques populaires jouées par les ménétriers et habitants des campagnes et, plus loin de notre époque, des villes. Elles accompagnaient le quotidien de ces sociétés sans écriture à travers les fêtes (chants et musiques pour la saint Martin, la Noël, le carnaval, la Pâques, le mai (mois de Marie), la saint Jean…), processions, travaux des champs, veillées, bals… Leurs formes sont liées à leur localisation. Elles se transmettaient de génération en génération.


Elles connaissent un renouveau important depuis ces dernières décennies. En France, le bal folk en est l’illustration la plus connue. Elles proposent des répertoires et modes de jeux riches et variés selon les traditions.


Les sens en mouvement, l’autonomie:

Mais elles nous proposent surtout une pratique actuelle de la musique à la fois basée sur:



L’ensemble de cette démarche d’enseignement vise à aider l’apprenti à développer peu à peu son propre projet de musicien avec ses désirs, ses façons de faire, ses réalisations personnelles comme collectives.


L’évaluation se fait sous forme d'auto évaluation individuelle et collective au cours de laquelle chacun apprend à analyser ses propres réalisations, aidé par les autres apprentis présents, et cela  autant dans une dimension musicale qu’humaine.


Le cursus de formation:

Il est découpé en trois cycles amateur et un cycle de professionnalisation:



Les élèves suivent à la fois des cours plus spécifiquement instrumentaux ainsi qu’un atelier de jeu collectif et de formation musicale propre aux musiques traditionnelles et au sein duquel l’instrument est très présent. Le chant à danser y occupe une place importante. De ce fait, la participation au cours habituel de formation musicale n’est pas obligatoire mais recommandée. Un atelier danse mensuel complète la formation.


Des activités variées enrichissent la formation



Ici à Nevers avec Thomas Gourdin qui a rejoint le pupitre des cornemuses



- Création d’une lecture musicale évoquant le roman de Georges Sand « les Maîtres Sonneurs ». Voici le texte qui présente ce spectacle:

« Véritable témoignage sur la vie des joueurs de cornemuse de Centre France (celle qui est enseignée à l'ENMD), « Les Maîtres Sonneurs », roman de George Sand, donnera l'occasion de juxtaposer des extraits du texte et des musiques de cette région.

Pour ce faire seront réunis autour de Michel Lebreton, professeur de cornemuse à l'ENMD, Willy Soulette joueur de cornemuse, (professeur à l'ENMD de Châteauroux) spécialiste du répertoire du Centre-France, Solange Panis chanteuse également spécialiste du répertoire traditionnel, ainsi que 2 étudiants en cycle spécialisé de la classe de cornemuse de Calais.

Viendront soutenir le texte, des comédiens amateurs ou professionnels de la compagnie théâtrale calaisienne « Les Anonymes », dirigée par Alain Duclos. »



- Participation à la création « Opale » de Marc Steckar, une expérience de musiques populaires contemporaines rassemblant deux batteries fanfares et un ensemble de cornemuses issu des écoles de musique de Dunkerque, sous la direction de Stéphanie Rau, et de Calais. La bière a coulé à flots entre les prestations.


- Création pour cornemuses, violon traditionnel et orchestre à cordes : « La Primavera » de Jean-Philippe Vanbeselaere. Un très bel univers au sein duquel le compositeur a su offrir aux cornemuses une musique en accord avec leur univers. Au violon solo, Vincent Leutreau, aux cornemuses: Michel Lebreton, Amandine Lestrade, Renaud Hibon et Thomas Gourdin. L’orchestre est celui des jeunes élèves du conservatoire de Calais. Il est dirigé par Florence Nivalle. Un passionnant travail d’une année a permis d’explorer des modes de jeu permettant à l’ensemble des protagonistes de se retrouver autour de cette musique très dansante. Extrait ci-dessous.


« La Primavera »

Cliquez sur l’image pour visionner le clip

« Opale » interprété devant le pavillon de thé de Lille 2004.



- L’atelier Jazz du conservatoire de Calais m’a permis de développer un jeu d’improvisation sur grille harmonique. Olivier Lovergne, guitariste et professeur de jazz au conservatoire, nous a accueilli pour cette aventure. Vous pouvez l’entendre jouer la basse sur les extraits sonores (2009) ci-dessous ainsi que moi-même et trois élèves: Quentin Duvieubourg à la batterie, Thomas Gourdin qui tient l’autre cornemuse et Thomas Noël à la guitare. Nous travaillons des répertoires jazz et pop m

usique.

« All Blue »

de Miles Davis

Un extrait de

« Going Home »

de Mark Knopfler

Un extrait de « Maurizius »

une composition d’Eberhardt Weber

Atelier jazz Conservatoire de Calais Michel Lebreton 2009 - All Blue.mp3 Atelier jazz Conservatoire de Calais Michel Lebreton 2009 - Maurizius.mp3 Atelier jazz Conservatoire de Calais Michel Lebreton 2009 - Going Home.mp3 #criccrac #casilda #houssa #sac&refrappe Parcours
Parcours
Parcours
Parcours
Une vidéo ci-dessus  3 sons ci-dessous Cliquez sur l’icône pour entendre le son